Stephane Hessel

2012 - 09 - 01 - Alain Husson-Dumoutier - IMG_2476 final« Rester digne »

 

J’ai souhaité représenter le visage de Stephane Hessel avec son regard malicieux, tout autant qu’interrogateur, tachant de refléter son extrême intelligence et son humour critique.

Il y a trois personnages en un, car il est à la fois juif, résistant et après la déportation, il a su devenir une autorité intellectuelle et politique de dimension internationale.

Son parcours humain est celui d’un honnête homme au sens du 18ème siècle.

120x90cm

Huile sur bois, Pigments purs, Sables des plages du débarquement, Terre d’Auschwitz

Huile sur bois, Pigments purs, Sables des plages du débarquement, Terre d’Auschwitz

Huile sur bois, Pigments purs, Sables des plages du débarquement, Terre d’Auschwitz

Capture d’écran 2016-02-18 à 16.36.17Stephane Hessel Présentation

 

Né à Berlin le 20 Octobre 1917.

Arrêté  à Paris le 10 Juillet 1944 par la Gestapo, il est interrogé sous la torture  puis transféré à Buchenwald.

Il s’évade lors d’un transfert et rejoint les lignes américaines.

Il arrive à Paris le 8 Mai 1945.

Monsieur Stéphane Hessel, normalien, Sciences Po, ancien ambassadeur de France, déporté, résistant, a été l’un des signataires de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. IL décède le 26 février 2013.

La rencontre

Notre rencontre fut étonnante. Nous étions tous deux à la soirée 2012 d’Amnesty International quand croisant nos regards dans l’escalier, il me regarde avec insistance et se dirige  vers moi.

Il me demande qui je suis, je lui réponds : « Pas grand-chose mais je sais qui vous êtes ! ». Il sourit, et me dit « Mais encore ? ».

Je lui réponds : « Justement je souhaitais vous rencontrer pour vous poser quelques questions concernant un  projet sur les rescapés de la Shoah intitulé « Courage, Volonté, Vie ». Très vite, il m’interrompt et me dit « Prenons rendez-vous ».

Nous nous retrouvons quelques jours plus tard un samedi matin chez lui dans son appartement près de la rue de la Convention à Paris.

Aujourd’hui que pensez-vous de la vie en général ?  De votre vie en particulier ?

J’ai la responsabilité du survivant. Mais je suis un rescapé de la Shoah. J’ai été arrêté en tant que résistant, et non pas en tant que Juif. Les Juifs ont été victimes du racisme et du nazisme dans une horreur organisée. Nous, , nous avons été des résistants, nous nous sommes battus. Nous avons été arrêtés, torturés, condamnés et nous sommes ressortis vivants. Nous avons la responsabilité vis-à-vis des camarades disparus.

Ma vie a été orientée dans ce sens de la responsabilité et pour moi, le mot le plus important est le mot « Dignité ». La dignité est le fondement de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle figure dans le premier paragraphe du préambule et elle figure dans le premier article :

« Les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit ».

Et la principale responsabilité de l’homme est  de rester digne.

Ce que voulaient les Allemands, c’est par la torture et la douleur que l’homme s’effondre, qu’il devienne une chose et qu’il ne soit plus un homme, qu’il perde sa dignité . Quand on perd sa dignité, on n’a plus beaucoup de chances de survivre car on a perdu son âme : garder sa dignité, c’est rester homme, c’est garder ce dialogue avec soi-même, y compris dans les circonstances où on peut céder à la violence.

Le rôle de la torture (Stéphane Hessel a été torturé par les Allemands), qui est condamnée par toutes les conventions internationales, a pour but de l’humilier .Faire du mal à quelqu’un,  le faire souffrir par des moyens violents, conduit à faire perdre la dignité du torturé, mais  également celle du bourreau. Le violent perd aussi sa dignité.

Ceci conduit également à la notion de vengeance. Car ce qui existe dans la Bible « œil pour œil, dent pour dent » est en général combattu par toutes les morales. Les religions par leur notion d’absolu, conduisent à la violence. Il faut lire pour cela le livre de Jean Soleur : la violence du monothéisme.

La Torah, le Coran prônent une certaine forme de violence qui conduit à la vengeance.

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes d’aujourd’hui ?

GARDER SA FACULTE D’INDIGNATION, DE NON ACCEPTATION. 

Les jeunes ne doivent pas accepter l’injustice, la cruauté, la cupidité, le pouvoir non contrôlé. Quelle que soit la cause, ayez le goût de RESISTANCE, ne serait ce que pour rester digne.

La conversation vient alors sur  Primo Levi, qui dit que comprendre quelqu’un c’est presque se mettre à sa place et par certains côtés, accepter dans une certaine mesure  l’inacceptable. Stéphane Hessel répond : « Il faut lire Paul Ricoeur, la compréhension de l’autre est d’autant plus nécessaire que le monde des hommes s’est laissé entraîner à perdre les notions fondamentales. Il faut donc comprendre. »

Conclusions

Monsieur Stéphane Hessel est remarquablement alerte pour son âge (90 ans passés).

Il se tient assez droit, , son sourire est bienveillant, ses yeux rieurs.

Il reçoit dans une tenue décontractée. La lumière de l’appartement est tamisée mais il rayonne..

Il s’exprime avec aisance et fait preuve d’un mémoire particulièrement aigüe sur les fais de guerre et de la libération . Il se plaint toutefois de surcharge de travail et de la nécessité de lever le pied. On sent une grande force d’âme, une certaine inflexibilité, mais en même temps, une grande bonté qui émane de son sourire. 

Commentaires de l’Artiste sur le tableau :

J’ai souhaité représenter le visage de Stéphane Hessel avec son regard malicieux tout autant qu’interrogateur, tachant de refléter son extrême intelligence et son humour critique.

On remarquera qu’il y a trois personnages en un ; car il est à la fois juif, résistant et comme il le dit lui-même le fils de Jules et Jim.*

Stéphane Hessel est normalien ancien ambassadeur de France parlant couramment l’allemand.

Son parcours humain est celui d’un honnête homme au sens du 18ème siècle. Sa mémoire est prodigieuse.  Il peut à 90 ans passés citer de mémoire des textes entiers de poètes français.

*: En 1962 sort en salles Jules et Jim, un film de François Truffaut, tiré du roman de Henri Pierre Roché, interprété par Oskar Werner, Jules et Henri Serre, Jim et surtout Jeanne Moreau interprétant Catherine où une femme se partage entre deux hommes, un Autrichien, Jules  et un Français, Jim

Jules et Jim sont deux amis inséparables. ils tombent amoureux de la même femme Catherine. Catherine épouse Jules. Jim après la guerre retrouve le couple en Autriche. Catherine n’est pas heureuse avec Jules qui accepte par amour que Jim redevienne son amant.

Capture d’écran 2016-02-18 à 16.36.43

M Stephene Hessel chez lui en 2012



Comments are closed.